Diagnostic différentiel

Il est important de ne pas confondre l'AVF (ou Clusterheadache ou céphalée de Horton) avec d'autres céphalées (1car la confusion est très fréquente chez les patients mais aussi les médecins généralistes :

  1. La migraine
  2. La névralgie essentielle du trijumeau
  3. La maladie de Horton (et non pas céphalée de Horton !!!)
  4. Hémicrânie paroxystique 
  5. Le syndrome paratrijéminal de Raeder ou Sunct syndrome (Short Lasting Unilateral Nevralgiform Headache with Conjunctival Injection and Tearing )
  6. Dissection de la carotide interne
  7. ...

Un diagnostic est généralement posé après interrogatoire auprès d'un spécialiste, tant les caractéristiques de l'AVF sont particulières mais il ne sera confirmé qu'après des examens cliniques complémentaires permettant d'exclure toute autre forme de céphalée, primaire ou secondaire :

  • explorations vasculaires (écho-Doppler cervical et transcrânien),
  • IRM/ARM cérébrale,
  • un scanner des sinus

Tableau des céphalées primaires et névralgie faciale essentielle évoluant par crises.

 

Migraine

Céphalée de tension
épisodique

Algie vasculaire de la face

Névralgie essentielle
du trijumeau

Sex-ratio

3 F/1 H

F = H

1 F/5 H

F > H

Durée des crises

4–72 heures

1 h–7 jours

15–180 minutes

2–3 s à 2 minutes

Fréquence des crises

Variable

Irrégulière

Variable

Irrégulière

1 à 8/j

Tous les jours

5 à > 100/j

Tous les jours

Latéralité de la douleur

Unilatérale à bascule ou bilatérale

Bilatérale

Strictement unilatérale

Toujours du même côté

Strictement unilatérale

Toujours du même côté

Topographie de la douleur

Variable

En casque, bandeau

Orbitotemporale

V2/V3 > V1

Type de la douleur

Pulsatile ou continue

Pression, poids

Broiement, arrachement

Décharge électrique

Intensité douloureuse

Modérée à sévère

Faible à modérée

Très sévère

Très sévère

Signes dysautonomiques

Possibles

 

Présents

 

Nausées ou

Vomissements

Fréquents

 

Possibles

 

Photophobie phonophobie

Fréquents et importants, parfois osmiophobie

Absents (ou modérés)

Possibles

 

Impact des crises sur les activités

Activité difficile ou impossible

Activité conservée

mais plainte importante

Activité normale impossible, agitation

Sidération brève lors de la décharge

Activité physique

Aggrave la céphalée

(pulsatile ++)

Peut améliorer la céphalée

Agitation motrice typique (lion en cage)

Lors des exacerbations le patient évite l’activité par peur des accès

Facteurs déclenchant des crises

Multiples

(tableau 9.4)

Stress, contrariété, surmenage

Rien, sommeil

ou prise d’alcool

Zones gâchettes

Parler, mastiquer

  • 1. Les liens cliquables vers les différentes céphalées citées sont des exemples. Vous pouvez trouver d'autres descriptions via votre moteur de recherche favori.
Français