L’infiltration du nerf grand occipital ou nerf d'Arnold

Pourquoi des infiltrations de corticoïdes au niveau du Nerf Grand Occipital ?

Plusieurs études ont démontré que la stimulation électrique du nerf trijumeau induit des réponses réflexes dans les muscles du cou, ce qui a conduit à la notion de « réflexe trigémino-cervical» 1
D'autre part, des études ont montré qu'il existe ce que l'on appelle une convergence centrale entre les fibres des nerfs trijumeau (branche VI) et grand occipital 2
Ceci suggère une participation possible des nerfs cervicaux et occipitaux lors des crises de Cluster Headache. 
En se basant sur ces données, plusieurs solutions ont été envisagées, notamment des solutions "invasives" telles que les implants occipitaux mais aussi le blocage par anésthésie du NGO.

Le choix de l'infiltration de corticoïde.

Les corticoïdes sont des anti-inflamatoires puissants qui agissent en amont du processus de l'inflamation (prévention).
Par ailleurs, ils semblent limiter la transmission nerveuse dans les fibres nociceptives de type C 3
Enfin, c'est un traitement peu invasif, ponctuel, et reproductible, avec une simple injection.

Dans le cas du Cluster Headache, l'injection de corticoïde est donc faite dans la zone d'un nerf (le NGO), pour agir indirectement sur un autre nerf (le tri-jumeau) qui lui, véhicule le signal de la douleur.

Taux de réussite

+/- 50% lors de la première infiltration
+/- 75% lors de la seconde (si échec lors de la première) 

Brève anatonie du Nerf Grand Occipital

C'est un nerf mixte bilatéral, avec une prédominance de fibres sensitives, issu de la branche postérieure du nerf cervical C2.
Plusieurs muscles se superposent dans cette zone, de la surface à la profondeur: le trapèze, le splénius, le semi-épineux et le plan profond.
Sans rentrer dans les détails, nous dirons que le NGO est quelque peu tortueux sous ces muscles et fini par devenir sous cutané à la base de l'os occipital comme indiqué ci-dessous.

Emplacement "traditionnel" de l'injection

source: http://www.slotervaartziekenhuis.nl/
Source librement traduite : www.slotervaartziekenhuis.nl

Des études se sont intéressées au meilleur choix du lieu de l'injection, en comparant l'efficacité entre infiltrations "à l'aveugle" du NGO et infiltrations écho-guidées. 4 5
Il en ressort que la méthode de détection du NGO par échographie est probablement une technique plus efficace bien que tous les praticiens ne soit pas de cet avis et que certains préfèrent toujours se baser sur la zone impactée par la douleur lors de la crise.

Français