Le Vérapamil : Etudes

1989

Une étude ouverte sur le vérapamil dans le Cluster Headache a été rapportée. Quarante-huit patients ont participé à l'étude, dont 33 (= 69 %) se sont améliorés de plus de 75 %. Aucune différence significative de réponse n'a été observée entre les patients épisodiques et les patients chroniques. 

Source : Gabai IJ, Spierings ELH. Prophylactic treatment of cluster headache with verapamil. Headache

2000

Étude en double aveugle du vérapamil contre placebo dans la prophylaxie du Cluster Headache.
15 patients ont reçu du vérapamil (120 mg 3x par jour) et 15 ont reçu un placebo (3x par jour) pendant 14 jours. Les auteurs ont constaté une réduction significative de la fréquence des attaques et de la consommation d'agents abortifs dans le groupe du vérapamil. Les effets secondaires étaient légers. Ces résultats fournissent des preuves objectives de l'efficacité du vérapamil dans la prophylaxie du Cluster Headache.

Source : Verapamil in the prophylaxis of episodic cluster headache: a double-blind study versus placebo

2007

Sur trois cent soixante-neuf patients souffrant de Cluster Headache, 217 patients externes (175 hommes) ont reçu du vérapamil, à raison de 240 mg par jour, augmentant de 80 mg toutes les deux semaines avec un électrocardiogramme de contrôle (ECG), jusqu'à ce que le Cluster Headache soit supprimé, que les effets secondaires interviennent ou que la dose quotidienne maximale soit de 960 mg. Un patient a reçu 1 200 mg/jour. Quatre-vingt-neuf patients (41 %) n'avaient pas d'ECG. Cent huit avaient des électrocardiogrammes dans les notes de l'hôpital, et 20 autres avaient des électrocardiogrammes faits ailleurs. Vingt et un des 108 patients (19 %) souffraient d'arythmies. Treize (12 %) avaient un bloc cardiaque du premier degré (RP > 0,2 s), à des doses de 240 à 960 mg/jour, dont une nécessitant un stimulateur cardiaque permanent. Quatre patients avaient un rythme de jonction et un avait un bloc cardiaque du deuxième degré. Quatre patients avaient un bloc de branche droit. Il y a eu bradycardie (HR < 60 bpm) chez 39 patients (36 %), mais le vérapamil n'a été arrêté que chez 4 patients. Chez huit patients, l'intervalle PR a été allongé, mais pas à plus de 0,2 s. L'incidence des arythmies sur le vérapamil dans ce groupe de patients est de 19 % et la bradycardie de 36 %.

Source : Electrocardiographic abnormalities in patients with cluster headache on verapamil therapy

2008

Le vérapamil est le médicament préventif de choix pour les cluster headache épisodiques et chroniques. L'expérience clinique a démontré que des doses plus élevées que celles utilisées dans les indications cardiologiques sont nécessaires. Les doses couramment utilisées varient de 240 à 960 mg par jour en doses fractionnées. Le vérapamil peut causer un blocage cardiaque en ralentissant la conduction dans le nœud auriculo-ventriculaire. L'observation de l'allongement de l'intervalle PR sur l'ECG permet de surveiller le développement potentiel d'un bloc cardiaque. Après avoir effectué un ECG de base, les patients commencent habituellement à prendre 80 mg 3 fois par jour, puis la dose quotidienne totale est augmentée par paliers de 80 mg tous les 10 à 14 jours. Un ECG est réalisé avant chaque incrément. La dose est augmentée jusqu'à ce que les attaques en grappes soient supprimées, que des effets secondaires interviennent ou que la dose maximale de 960 mg par jour soit atteinte. Environ 20 % des patients atteints de coronaropathie qui prennent du vérapamil ont des problèmes de conduction cardiaque qui peuvent survenir après des mois de stabilité posologique et qui ne sont pas liés à la dose. Nous effectuons donc des ECG tous les 6 mois avec une thérapie à long terme.  Le vérapamil est plus utile chez les patients qui présentent des épisodes plus longs (au moins 6 à 8 semaines), car les auteurs constatent que le temps nécessaire pour obtenir la dose requise et soulager les symptômes peut approcher ou même dépasser la durée des épisodes plus courts.

Source : Trigeminal Autonomic Cephalalgias: Current and Future Treatments

2009

Le vérapamil est principalement utilisé dans les maladies cardiovasculaires. Une dose élevée de vérapamil (360-720 mg) est cependant actuellement le principal traitement prophylactique du Cluster Headache. La pharmacocinétique orale est variable. L'effet du vérapamil, l'effet sur la tension artérielle, varie également considérablement d'un sujet à l'autre. La dose de vérapamil utilisée pour le Cluster Headache est environ le double de la dose utilisée pour les maladies cardiovasculaires, probablement parce que le vérapamil est un substrat de la glycoprotéine P transporteur d'influx dans la barrière hématoencéphalique. L'accès du vérapamil au système nerveux central est donc limité. L'utilisation clinique du vérapamil dans le Cluster Headache a été examinée et plusieurs interactions médicamenteuses pertinentes sont mentionnées. Enfin, son mode d'action possible dans le Cluster Headache est discuté. Le vérapamil est un bloqueur des canaux calciques de type L, mais il bloque aussi d'autres canaux calciques (canaux Ca(2+) de type T, P, et possiblement N et Q) et le canal potassium du gène éther-a-go-go de type humain. Avec autant d'actions différentes du vérapamil, il est impossible à l'heure actuelle de distinguer un certain mode d'action du médicament dans le Cluster Headache.

Source : Verapamil for cluster headache. Clinical pharmacology and possible mode of action

2015

Bien que peu d'essais suffisamment contrôlés soient disponibles, le vérapamil est recommandé comme médicament prophylactique de première intention pour le Cluster Headache par la Société française des céphalées (avec un faible niveau de preuve, niveau B) et par l'EFNS (European Federation of Neurological Societies, niveau A).
Nous signalons le cas d'un homme de 19 ans qui s'est présenté à notre consultation de cardiologie pour dyspnée et asthénie pendant 18 mois. Ses antécédents médicaux consistaient en une crise de CH pendant 4 ans traitée par 720 mg/jour de vérapamil pendant 18 mois avec une efficacité relativement bonne. Son électrocardiogramme (ECG) a révélé une bradycardie sinusale à 40 bpm avec un bloc atrio-ventriculaire du premier degré. L'évolution a été favorable après l'arrêt progressif du vérapamil. L'analyse de la base de données française de pharmacovigilance entre le 1er juillet 2000 et le 1er décembre 2014 a révélé quatre autres cas d'événements cardiaques indésirables liés à l'utilisation de doses élevées de vérapamil dans la prévention du CH (deux cas de syncope avec bloc atrio-ventriculaire complet avec respectivement 1200 et 240 mg de vérapamil, une syncope liée au syndrome sinusal avec 360 mg de vérapamil quotidiennement, et un cas de bradycardie sinusal avec 720 mg de vérapamil quotidiennement).
Bien que les études disponibles semblent démontrer une bonne tolérance apparente, cette pratique non indiquée sur l'étiquette ne devrait pas être considérée comme un traitement standard et nécessite une surveillance cardiaque stricte, comme le suggère l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) dans une réévaluation récente du rapport bénéfice/risque du vérapamil à forte dose utilisé dans la prévention de l'insuffisance cardiaque.

Source : High-Dose Verapamil in Episodic and Chronic Cluster Headaches and Cardiac Adverse Events: Is It as Safe as We Think?

2016

Chez de nombreux patients, le vérapamil à dose élevée (HDV) est le seul traitement prophylactique efficace contre le Cluster Headache. Bien que les effets indésirables cardiaques et les anomalies de l'ECG soient relativement courants, les lignes directrices fondées sur des données probantes pour le dépistage et la surveillance des patients sous HDV font défaut.
22 experts cliniques internationaux dans le domaine des troubles du rythme cardiaque ont été interviewé afin de formuler des lignes directrices en matière d'ECG pour le dépistage et la surveillance avant traitement des patients souffrant de Cluster Headache utilisant le HDV.

Le groupe s'est mis d'accord uniquement sur la réalisation d'un ECG prétraitement pour dépister les arythmies cardiaques préexistantes. La plupart des membres du panel ont jugé que l'ECG prétraitement n'était pas nécessaire pour les patients qui n'avaient pas eu d'événements cardiaques indésirables au cours d'une période antérieure d'attaques de Cluster Headache traitées au HDV. La moitié du panel a conseillé le Holter ECG aux patients sous vérapamil ≥ 480 mg/jour. Les doses quotidiennes recommandées les plus élevées variaient entre 240 et 960 mg. Les contre-indications à l'utilisation du vérapamil ont largement suivi les directives de la FDA.

Les experts en troubles du rythme cardiaque se sont entendus sur la surveillance de l'ECG avant le traitement, mais aucun consensus n'a été atteint sur la surveillance de l'ECG pendant le traitement par HDV et sur les ajustements posologiques.

Source : Cardiac monitoring of high-dose verapamil in cluster headache: An international Delphi study.

Français