Algie vasculaire de la face - Cluster headache - Céphalée en grappe

IBAN: BE74 0682 5035 5007

OUCH Belgium
OUCH Belgium ASBL - Association de patients

Default template is used in Divi theme builder.
Attach this page to the correct template

Les traitements de l'Algie Vasculaire de la Face

Les traitements de l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache

Les traitements

Avant-propos

La médecine basée sur les faits ou EBM (Evidence-Based Medicine)

Elle repose sur trois piliers :

  • L’expertise du clinicien.
    La compétence et le jugement que chaque médecin acquiert par l’expérience et la pratique.
  • Le patient.
    La prise en compte des droits, des préférences et des épreuves vécues par le patient.
  • Les meilleures données cliniques.
    • La recherche fondamentale et/ou les études pertinentes.
    • Le diagnostic.
    • L’efficacité et l’innocuité des schémas thérapeutiques.

L’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache est une maladie orpheline

Il n’y a donc pas à ce jour de traitement curatif.

Les traitements vont donc s’orienter sur deux plans :

  • L’arrêt le plus précoce possible de la crise douloureuse : les traitements de crise ou abortifs.
  • La diminution de la fréquence, de la puissance et de la durée des crises : les traitements de fond ou prophylactiques.

A lire

Interaction(s) médicamenteuse(s) avec d’autres médicaments ou l’alimentation

développement et santé
Une association de médecins qui assurent un rôle de formation continue des personnels de santé dans les pays du sud.

N’hésitez pas à consulter ce site en fonction de vos traitements.

Les traitements, en bref

On distingue plusieurs types de traitements de l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache :

D’autres traitements sont également abordés ici :

Avertissement

  • Les médicaments antidouleurs conventionnels sont totalement inefficaces !
  • Même les opiacés les plus forts tels que la morphine, sont généralement peu, voire pas efficaces pour arrêter la crise.
    De plus, ce genre de médication, à dosage souvent de plus en plus élevé et de plus en plus fréquent (accoutumance), peut engendrer des céphalées médicamenteuses !
    Enfin, les opiacés (ou les opioïdes) engendrent aussi une dépendance (addiction) et le patient éprouvera des difficultés à se sevrer.
    Si un tel médicament vous est prescrit, ce ne devrait être que pour une courte durée !

Évitez donc, si possible  :

Dans tous les cas, parlez-en avec votre médecin

Deux traitements de crises sont actuellement considérés comme efficaces :

  • L’Imitrex SC ® :
    Injection sous-cutanée de sumatriptan. A noter qu’il n’y a aucun équivalent générique en Belgique.
  • L’oxygène à 100% :
    De nombreux médecins ne prescrivent toujours pas de l’oxygène à leurs patients pour stopper les crises. Il s’agit pourtant de la méthode privilégiée par le prestigieux Journal of the American Medical Association.
    Souvent, des patients ont dû eux-mêmes suggérer l’oxygénothérapie à leur médecin.
    Enfin, peu de patients traités avec de l’oxygène sont formés pour l’utiliser de manière appropriée.

Agents abortifs locaux :

  • La lidocaine
  • La capsaïcine

Un ancien traitement est encore parfois utilisé :

  • Le Cafergot ® :
    On ne propose plus guère le Tartrate d’ergotamine (Cafergot ®) de par son incompatibilité avec le sumatriptan ainsi que des risques de fibrose et d’ergotisme.

Un traitement de crise invasif :

Les traitements transitoires :

Ils sont mis en place pour une courte période, afin de soulager rapidement le patient, le temps nécessaire à la mise en place du ou des traitements de fond.
En effet, ceux-ci nécessitent souvent une augmentation progressive des dosages avant de devenir efficaces. Cela peut prendre jusqu’à 2 à 3 semaines.

  • L’infiltration du nerf grand occipital ou nerf d’Arnold :
    Plusieurs études démontrent que la stimulation électrique du nerf trijumeau induit des réponses réflexes dans les muscles du cou, ce qui a conduit à la notion de « réflexe trigémino-cervical».
    D’autre part, d’autres études montrent qu’il existe une convergence centrale entre les fibres des nerfs trijumeau (branche VI) et grand occipital.
    Ceci suggère une participation possible des nerfs cervicaux et occipitaux lors des crises de Cluster Headache.
    En se basant sur ces données, plusieurs solutions ont été envisagées, notamment des solutions “invasives” (voir plus bas) telles que les implants occipitaux mais aussi le blocage par infiltration du NGO.
  • Le médrol :
    Efficacité souvent spectaculaire.
    Le traitement par voie orale est dégressif (schéma de Kudrow).
    Il existe un traitement par intraveineuse qui est pratiqué en milieu hospitalier (très fortes doses).

Les traitements de fond  ou traitements prophylactiques médicamenteux :

Les traitements de fond ont pour but de d’augmenter le seuil de douleur(1) du patient en diminuant la fréquence, et/ou la durée et/ou l’intensité des crises.

Dans le graphique, très théorique, ci-dessous, supposons que la courbe représente la fluctuation de la “cause” de la maladie au cours de l’année et que celle-ci serait présente chez tout le monde.
En rouge, le seuil de sensibilité d’un patient chronique : il souffre de la maladie toute l’année.
En orange, le seuil de sensibilité d’un patient épisodique à deux périodes de crises.
En jaune, le seuil de sensibilité d’un patient épisodique à une période de crises.
En vert, le seuil de sensibilité d’une personne qui ne souffre pas du Cluster Headache.


(1) Seuil de douleur ou seuil de sensibilité à la douleur : Le niveau de stimulation dont vous avez besoin pour ressentir la sensation de douleur.

  • Le Vérapamil :
    On utilise initialement les médicaments à base de cette molécule dans :
    • le traitement de l’angine de poitrine sous toutes ses formes.
    • la prévention et le traitement de certains troubles du rythme cardiaque.

C’est cependant le traitement de fond (prophylactique) qui est actuellement considéré comme étant le plus efficace pour l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache.

  • Le Topiramate :
    Le topiramate est un anti-épileptique de deuxième génération. Il est généralement utilisé en traitement de fond de la migraine mais aussi de l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache.
    On le trouve, en France, sous le nom d’Epitomax ® et en Belgique sous le nom de Topamax ®.
  • Le Lithium :
    Initialement prévu pour traiter les troubles bipolaires, le carbonate de lithium peut être utilisé, en seconde intention, comme traitement prophylactique de l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache.
    Ce traitement de fond est plus souvent utilisé chez les malades chroniques car sa mise en place est longue et progressive.
  • Le Valproate de Sodium :
    ​C’est initialement un anticonvulsivant et calmant, prévu pour soigner l’épilepsie et les troubles bipolaires. On l’utilise également en traitement de fond du Cluster Headache.
    Danger Dépakine
  • Les dérivés de l’ergotamine :
    Les dérivés de l’ergot de seigle sont une classe pharmacologique dont la structure de base est l’ergoline. Ces molécules sont utilisées en particulier dans le traitement des crises de migraine.
    Nombre de ces médicaments ont été retirés du marché !
  • Les antidépresseurs :
    Il ne semble pas y avoir d’étude particulière concernant l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache et les antidépresseurs.
    L’expérience clinique fait qu’on les prescrit couramment chez des patients qui ne répondent pas ou ne peuvent pas prendre un autre traitement de fond.
  • La mélatonine :
    Les caractéristiques circadiennes et circannuelles de l’Algie Vasculaire de la Face peuvent faire penser à une possibilité de lien entre la maladie et un éventuel dérèglement du niveau de mélatonine.

Les traitements de fond non médicamenteux :

  • Stimulation du nerf vague :
    La stimulation non invasive du nerf vague est parfois efficace mais … très onéreuse et actuellement non disponible en Belgique.
  • Stimulation trans-crânienne à courant direct – tDCS :
    Prometteur comme traitement de fond de l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache Chronique.

Les nouveaux traitements de fond :

  • Anticorps du CGRP :
    CGRP = Calcitonin Gene-Related Peptide => PRGC = Peptide Relié au Gène Calcitonine.
    Les corps cellulaires du ganglion trigéminal sont la principale source de production du CGRP.

Lors de crises de Cluster Headache ou Algie Vasculaire de la Face (AVF) provoquées par administration de nitroglycérine, on mesure une augmentation sensible du taux de CGRP dans le plasma sanguin.

Lorsqu’on administre du CGRP à des patients souffrant de Cluster Headache ou Algie Vasculaire de la Face (AVF) on provoque des attaques chez les patients épisodiques en phase active et (un peu moins) chez les patients chroniques mais pas chez les patients épisodiques en phase de rémission.

De ces deux faits mesurés est née l’idée de fabriquer des anticorps du CGRP.

Les traitements de fond invasifs :

  • Stimulation hypothalamique profonde :
    L’implantation d’une électrode au niveau de l’hypothalamus permet d’obtenir une réduction de 50 % du nombre de crises dans environ 60 % des cas.
  • Stimulation du nerf grand occipital :
    Permet 50 % de réduction de la fréquence des crises dans environ 70 % des cas.

Les traitements alternatifs :

  • L’acupuncture :

    Résultats très positifs pour les uns, aucun effet pour les autres. En tout cas aucune contre-indication.

  • La racine de Kudzu :

    Si la poudre de Kudzu ne fait pas de mal, elle ne fait pas de bien non plus au portefeuille, et aucune étude ne prouve son efficacité.

  • La myothérapie :
    La myothérapie est une thérapeutique purement manuelle, du type “mobilisation”, ne dépassant jamais l’amplitude physiologique des articulations, visant à traiter les Contractures Post-traumatiques Persistantes qui seraient à la base de nombreuses maladies.

Les possibles futurs traitements pour lesquels des études sont en cours :

  • Les anti-corps du PACAP38 :
    Une étude est en cours au Danemark
  • Psilocybine :
    Une étude est en cours au États-Unis
  • LSD :
    Une étude est en cours en Suisse