Algie vasculaire de la face - Cluster headache - Céphalée en grappe

IBAN: BE74 0682 5035 5007

OUCH Belgium
OUCH Belgium ASBL - Association de patients

Default template is used in Divi theme builder.
Attach this page to the correct template

Études Verapamil

Études Verapamil

Études Vérapamil

Liste, non exhaustive, d’études concernant le verapamil comme traitement de fond de l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache.

Cette partie est plus scientifique et peut être plus difficile à “digérer” wink.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas : contactez-nous !

Important

N’hésitez pas à lire cette information AVANT de parcourir les études ci-dessous laughing

Traitement prophylactique des céphalées en grappe par le vérapamil

[Gabai IJ, Spierings EL.] – mars 1989

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2708046

Extrait librement traduit

RÉSUMÉ :
Une étude ouverte sur le vérapamil dans les céphalées en grappes est rapportée. Quarante-huit patients ont participé à l’étude, dont 33 (= 69 %) ont connu une amélioration de plus de 75 %. Aucune différence significative de réponse n’a été observée entre les céphalées en grappes épisodiques et chroniques.

 

Notes de OUCH Belgium :

  • Une étude ouverte se différentie de l’étude à double insu en ce sens que le patient et l’expérimentateur connaissent tous deux l’appartenance au groupe (traitement réel ou placebo).
    Ces études sont donc considérées comme moins fiables. Nous en faisons mention ici car c’est la plus ancienne que nous ayons trouvée.

Le vérapamil dans la prophylaxie des céphalées en grappes épisodiques : une étude à double insu contre placebo

[Leone M, D’Amico D, Frediani F, Moschiano F, Grazzi L, Attanasio A, Bussone G.] – mars 2000

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1647496

Extrait librement traduit

RÉSUMÉ :

Les auteurs ont réalisé une étude à double insu pour comparer l’efficacité du vérapamil et du placebo dans la prophylaxie du cluster headache épisodique. Après 5 jours de préparation, 15 patients ont reçu du vérapamil (120 mg 3x/j) et 15 ont reçu un placebo (3x/j) pendant 14 jours. Les auteurs ont constaté une réduction significative de la fréquence des attaques et de la consommation d’agents abortifs dans le groupe vérapamil. Les effets secondaires étaient légers. Ces résultats fournissent une preuve objective de l’efficacité du vérapamil dans la prophylaxie des céphalées en grappes épisodiques.

Notes de OUCH Belgium :

  • Le nombre de patients de cette étude est relativement faible.
  • L’accès aux résultats complet de l’étude est payant ($39) !

Vérapamil pour le Cluster Headache. Pharmacologie clinique et mode d’action possible

[Tfelt-Hansen P, Tfelt-Hansen J.] – janvier 2009

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19125880

Extrait librement traduit

RÉSUMÉ : 

Le vérapamil est utilisé principalement dans les maladies cardiovasculaires. Toutefois, le vérapamil à forte dose (360-720 mg) est actuellement le principal médicament utilisé dans le traitement prophylactique du cluster headache. La pharmacocinétique orale est variable. L’effet pharmacodynamique du vérapamil, l’effet sur la tension artérielle, varie aussi considérablement d’un sujet à l’autre. La dose de vérapamil utilisée pour le traitement des céphalées en grappes est environ le double de la dose utilisée pour le traitement des maladies cardiovasculaires, probablement parce que le vérapamil est un substrat de la glycoprotéine P, transporteur d’efflux, dans la barrière hémato-encéphalique. L’accès du vérapamil au système nerveux central est donc limité. L’utilisation clinique du vérapamil dans les céphalées en grappes est examinée et plusieurs interactions médicamenteuses pertinentes sont mentionnées. Enfin, le mode d’action possible du vérapamil dans les céphalées en grappes est examiné. Le vérapamil est un inhibiteur des canaux calciques de type L, mais il bloque également d’autres canaux calciques (canaux T, P et peut-être les canaux Ca(2+) de type N et Q) et le canal potassique du gène humain ether-a-go-go. Avec autant d’actions différentes du vérapamil, il est impossible à l’heure actuelle d’isoler un certain mode d’action du médicament dans le cluster headache.

Vérapamil et Cluster Headache : Toujours un mystère. Un bilan narratif de l’efficacité, des mécanismes et des perspectives

[Petersen AS, Barloese MCJ, Snoer A, Soerensen AMS, Jensen RH.] – septembre 2019

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31339562

Extrait librement traduit

RÉSUMÉ :

OBJECTIF :
Évaluer l’effet du vérapamil et d’autres inhibiteurs calciques dans le traitement des céphalées en grappe (CH) et étudier les mécanismes d’effet possibles.

CONTEXTE :
Le vérapamil est utilisé dans la prévention du cluster headache depuis près de trois décennies, mais son mode d’action et sa cible thérapeutique sont encore inconnus.

MÉTHODES :
Une recherche sur Pubmed a été effectuée : “Verapamil” [Mesh] et “Cluster Headache” [Mesh]. Nous avons identifié 5 études pertinentes pour le CH. Les publications ont été incluses si elles apportaient une contribution substantielle dans 3 domaines présélectionnés : Efficacité (essais contrôlés randomisés ou études ouvertes), innocuité et mécanisme de l’effet.

RÉSULTATS :
Effet clinique : Le traitement clinique préventif du CH par le vérapamil est basé sur 2 études contrôlées randomisées et 3 études ouvertes. Au total, 183 patients atteints de CH ont participé à ces études. Le vérapamil à raison de 360 mg/jour a été utilisé dans les deux études contrôlées. La moitié des patients chroniques ont “tiré un avantage” du traitement par le vérapamil et le nombre de crises chez les patients épisodiques a été réduit en moyenne de 1 crise par jour. Les études ouvertes appuient un niveau d’efficacité proportionnel à la dose. Mécanisme de l’effet : Les études chez l’humain et l’animal indiquent que le vérapamil peut exercer son effet en modulant les rythmes circadiens, peut-être dans les rythmes cardiaques centraux, et/ou en affectant la libération du peptide lié au gène de la calcitonine.

CONCLUSION :
Le vérapamil semble être un médicament prophylactique efficace dans le traitement du CH et, malgré la rareté des essais contrôlés, il demeure le médicament de choix. Une approche chronothérapeutique pourrait accroître l’effet. Des recherches plus fondamentales et pharmacocinétiques sont nécessaires avant que le mécanisme puisse être entièrement compris.

Anomalies électrocardiographiques chez les patients souffrant de céphalées en grappe lors d’un traitement au vérapamil

[Cohen AS, Matharu MS, Goadsby PJ.] – août 2007

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17698788

Extrait librement traduit

RÉSUMÉ :

CONTEXTE :
Le vérapamil à forte dose est un traitement préventif de plus en plus courant dans le Cluster Headache (CH). Les effets secondaires comprennent le bloc auriculo-ventriculaire et la bradycardie, bien que leur incidence dans cette population ne soit pas claire.

MÉTHODE :
Cette étude de vérification a évalué l’incidence des arythmies avec une dose élevée de vérapamil chez les patients souffrant de Cluster Headache ou Algie Vasculaire de la Face.

RÉSULTATS :
Sur les 3669 patients souffrant de Cluster Headache, 217 patients externes (175 hommes) ont reçu du vérapamil, en commençant par 240 mg par jour et en augmentant la dose de 80 mg toutes les deux semaines par un électrocardiogramme de contrôle (ECG), jusqu’à ce que les crises disparaissent, que des effets secondaires se manifestent ou jusqu’à une dose quotidienne maximale de 960 mg. Un patient a reçu 1 200 mg/jour. Quatre-vingt-neuf patients (41 %) n’ont pas subi d’ECG. Cent huit ont subi un ECG dans l’hôpital, et 20 autres ont subi un ECG ailleurs. Vingt et un des 108 patients (19 %) souffraient d’arythmie. Treize (12 %) avaient un bloc cardiaque du premier degré (RP > 0,2 s), à une dose de 240 à 960 mg/jour, et un patient a eu besoin d’un stimulateur cardiaque permanent. Quatre patients présentaient un rythme jonctionnel et un autre, un bloc cardiaque du deuxième degré. Quatre patients avaient un bloc de la branche du faisceau droit. Une bradycardie (Rythme Cardiaque < 60 bpm) a été observée chez 39 patients (36 %), mais le vérapamil a été arrêté chez 4 patients seulement. Chez huit patients, l’intervalle PR a été allongé, mais pas à plus de 0,2 s. L’incidence des arythmies sous vérapamil dans ce groupe de patients est de 19 %, et la bradycardie de 36 %.

LA FRÉQUENCE DES ARYTHMIES SOUS VÉRAPAMIL DANS CE GROUPE DE PATIENTS EST DE 19 % ET LA BRADYCARDIE DE 36 % :
Nous recommandons donc fortement de surveiller l’ECG de tous les patients souffrant de Cluster Headache sous vérapamil, afin d’observer le développement potentiel d’un bloc auriculo-ventriculaire et d’une bradycardie symptomatique.

Doses élevées de vérapamil dans l’Algie Vasculaire de la Face épisodique et chronique et les effets cardiaques indésirables : Est-ce aussi sûr que nous le pensons ?

[Alexandre J, Humbert X, Sassier M, Milliez P, Coquerel A, Fedrizzi S.] – décembre 2015

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27747725

Extrait librement traduit

RÉSUMÉ : 

Bien que peu d’essais suffisamment contrôlés soient disponibles, le vérapamil est recommandé comme médicament prophylactique de première intention pour le Cluster Headache par la Société française des céphalées (avec un faible niveau de preuve, niveau B) et par l’EFNS (European Federation of Neurological Societies, niveau A).
Nous signalons le cas d’un homme de 19 ans qui s’est présenté à notre consultation de cardiologie pour dyspnée et asthénie pendant 18 mois. Ses antécédents médicaux consistaient en des crises de CH durant 4 ans traitées par 720 mg/jour de vérapamil pendant 18 mois avec une efficacité relativement bonne. Son électrocardiogramme (ECG) a révélé une bradycardie sinusale à 40 bpm avec un bloc atrio-ventriculaire du premier degré. L’évolution a été favorable après l’arrêt progressif du vérapamil. L’analyse de la base de données française de pharmacovigilance entre le 1er juillet 2000 et le 1er décembre 2014 a révélé quatre autres cas d’événements cardiaques indésirables liés à l’utilisation de doses élevées de vérapamil dans la prévention du CH (deux cas de syncope avec bloc atrio-ventriculaire complet avec respectivement 1200 et 240 mg de vérapamil, une syncope liée au syndrome sinusal avec 360 mg de vérapamil quotidiennement, et un cas de bradycardie sinusal avec 720 mg de vérapamil quotidiennement).
Bien que les études disponibles semblent démontrer une bonne tolérance apparente, cette pratique non indiquée sur l’étiquette ne devrait pas être considérée comme un traitement standard et nécessite une surveillance cardiaque stricte, comme le suggère l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) dans une réévaluation récente du rapport bénéfice/risque du verapamil à forte dose utilisé dans la prévention du Cluster Headache.