Algie vasculaire de la face - Cluster headache - Céphalée en grappe

IBAN: BE74 0682 5035 5007

OUCH Belgium
OUCH Belgium ASBL - Association de patients

Default template is used in Divi theme builder.
Attach this page to the correct template

Études Medrol

Études methylprednisolone

Études Médrol

Liste, non exhaustive, d’études concernant la methylprednisolone (Médrol) comme traitement transitoire de l’Algie Vasculaire de la Face ou Cluster Headache.

Cette partie est plus scientifique et peut être plus difficile à “digérer” wink.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas : contactez-nous !

Important

N’hésitez pas à lire cette information AVANT de parcourir les études ci-dessous laughing

La méthylprednisolone bloque la libération de peptide liée au gène de la calcitonine induite par l’interleukine 1 bêta dans les cellules des ganglions du trijumeau

[Neeb L, Hellen P, Hoffmann J, Dirnagl U, Reuter U] – mars 2016

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26931452

Extrait librement traduit

RÉSUMÉ :

CONTEXTE:
La méthylprednisolone (MPD) est un médicament préventif très efficace contre les céphalées en grappe à action rapide et supprime également la récurrence des crises de migraine. Auparavant, nous pouvions démontrer que les taux plasmatiques élevés de CGRP dans un épisode de céphalées en grappe étaient normalisés après une cure de corticostéroïdes à forte dose. Ici, nous évaluons si la MPD supprime la libération de CGRP induite par l’interleukine-1β (IL-1β) et la prostaglandine E2 (PGE2) dans un modèle de culture cellulaire de cellules des ganglions du trijumeau, ce qui pourrait expliquer l’effet préventif de la migraine et des céphalées en grappe . Le métoprolol (MTP), un préventif contre la migraine à action lente, a été utilisé à des fins de comparaison.

MÉTHODES:
Les cultures primaires de ganglions du trijumeau de rat ont été stimulées pendant 24 h avec 10 ng / ml d’IL-1β ou pendant 4 h avec 10 μM de PGE2 après l’exposition à 10 ou 100 μM de MPD ou 100 nM ou 10 µM de MTP pendant 45 min ou 24 h. Le CGRP a été déterminé en utilisant un immunodosage enzymatique commercial.

RÉSULTATS:
La MPD mais pas le MTP a bloqué la libération de CGRP induite par IL-1β à partir des cellules du trijumeau en culture. La libération de CGRP stimulée par PGE2 à partir de la culture de cellules des ganglions du trijumeau n’a pas été affectée par la pré-stimulation que ce soit avec MPD ou MTP.

CONCLUSION:
La MPD mais pas le MTP supprime la libération de CGRP induite par les cytokines (IL-1β) des cellules des ganglions du trijumeau. Nous proposons que le blocage de l’activation du trijumeau médiée par les cytokines peut représenter un mécanisme d’action potentiel qui médie l’effet préventif du MTP sur les céphalées en grappe et les crises de migraine récurrentes.

Note OUCH Belgium :

Voir aussi sur le même sujet l’étude Les corticostéroïdes modifient le CGRP et la libération de mélatonine dans les épisodes de céphalées en grappe.
(Nombre faible de patients)

Doses élevées de méthylprednisolone dans les céphalées en grappe

[D’Arrigo G, Di Fiore P, Galli A, Frediani F] – juin 2018

 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29904864

Article acheté 42,29 € ! (il n’existe que le titre sur PUBMED) et librement traduit

RÉSUMÉ :

Il existe un consensus dans la littérature sur l’efficacité des stéroïdes, tels que la prednisone per os et la dexaméthasone i.m. En ce qui concerne l’utilisation des stéroïdes intraveineux (i.v), il n’existe pas d’études randomisées en double aveugle ou prospectives, et leur utilisation n’est soutenue que par des cas anecdotiques.
Par ailleurs, dans les quelques études disponibles, des données homogènes font défaut, notamment en ce qui concerne la dose et la durée des traitements.

Dans cette étude, nous avons passé en revue les données de 23 patients (20 hommes et 3 femmes), souffrant de CH épisodique (14) ou de CH chronique (9), selon les critères de l’ICHD-3.
Tous les patients ont été traités dans notre Centre des Céphalées, sur la période 2010-2017, pour un groupe récurrent, en utilisant une dose élevée de méthylprednisolone (MP) i.v. Nous avons passé en revue un total de 37 traitements. Au moment du traitement, l’âge moyen des patients était de 43,9 ans (fourchette 21-61), la durée moyenne de la maladie était de 14,0 ans (fourchette 2-33) et tous les patients avaient des crises quotidiennes, de 1 à 12 (moyenne 3,75). Tous les patients avaient déjà pris des traitements prophylactiques (vérapamil, carbolithium, ostéroïde, carbamazépine, acide valproïque, topiramate, rotigotine, OCS, botox A, pizotifène, mélatonine et flunarizine).
À l’admission, 5 patients n’avaient jamais reçu de traitement prophylactique. Dans les 32 autres cas, le vérapamil était administré à 30 patients, les stéroïdes à 6, le lithium à 3, le topiramate à 2, dans différentes combinaisons entre elles, 1 patient recevait un traitement au fentanyl, à la duloxétine autre que les stéroïdes et au lithium. Tous les patients ont reçu quotidiennement une dose de MP i.v ; 12 patients une seule fois, 8 patients en deux occasions, et 3 patients ont répété le traitement trois fois ; 22 traitements ont été administrés aux patients épisodiques, 15 aux patients chroniques.
Les doses de MP et le nombre de jours de traitement dépendaient de la réponse thérapeutique. Nous avons utilisé la MP à 500 mg pendant 5 jours une seule fois, la MP à 1 g pendant 3 jours dans 9 traitements, la MP à 1 g pendant 4 jours à 3 occasions, la MP à 1 g pendant 5 jours dans 17 traitements et la MP à 1 g pendant 6 jours une seule fois.
Chez 6 patients qui ont suivi un deuxième traitement, nous avons utilisé la MP à 2 g le premier jour, en diminuant la dose au cours des 6 à 10 jours suivants. Après 32/37 traitements (86,5 %), les patients ont été libérés sans douleur (18 épisodiques, 14 chroniques). Sur 5/37 traitements, nous avons obtenu un bénéfice partiel avec plusieurs jours sans douleur et avec une nette réduction de l’intensité des crises restantes. Dans 32 cas, la stéroïdothérapie n’a pas causé d’effets secondaires (SE) ; 1 patient a signalé des palpitations, 1 patient a eu une phlébite superficielle d’un membre supérieur, 1 patient s’est plaint d’un syndrome grippal, 1 patient a présenté une légère augmentation de sa tension artérielle et après un second traitement, un épisode d’insuffisance respiratoire qui a nécessité un traitement spécifique.

Après un traitement par MP i.v, les patients ont continué à prendre par voie orale un stéroïde à action progressive (3), ou du vérapamil (10), ou les deux (22) ; 2 patients ont pris du carbolithium avec du vérapamil ou de la prednisone. Après 30 jours, 6/32 patients n’avaient toujours pas de douleur (3 épisodiques, 3 chroniques), 10 ont eu une récurrence des crises avec une fréquence réduite par rapport à l’état antérieur au traitement (7 épisodiques, 3 chroniques), et 2 ont connu une aggravation clinique (1 épisodiques, 1 chroniques). Deux des 5 patients dont l’état s’est amélioré à la fin du traitement ont maintenu un nombre de crises inférieur à celui de la période précédant le traitement. Les données de contrôle sur 30 jours pour 17 patients sont manquantes ; dans de nombreux cas, les patients ne se sont pas présentés au suivi, déclarant par téléphone leur « bien-être ».

L’efficacité des stéroïdes est bien connue dans la littérature. Cependant, aucune étude n’a été réalisée pour tester l’efficacité des stéroïdes par rapport au placebo selon la méthode des essai randomisé contrôlé. L’intensité et la fréquence de la douleur en CH rendent difficile l’essai de nouveaux médicaments par rapport au placebo. Dans la littérature, une seule étude démontre l’efficacité du vérapamil par rapport au placebo.

De plus, les stéroïdes ont été utilisés selon différentes voies, par i.v, i.m, ou per os, et il n’existe aucune étude qui considère l’une d’entre elles comme meilleure ou supérieure aux autres. Le traitement oral est généralement plus long et comporte de nombreux effets secondaires. La voie i.v a été utilisée à quelques reprises et à différentes doses, sans indication claire sur la durée du traitement. Dans nos cas, la dose initiale était de 1 g/j dans la plupart des cas, habituellement pendant 5 jours ; peu de cas ont été traités seulement pendant 3 ou 4 jours, lorsque la réponse était bonne ou que les patients ont signalé une certaine SE.

Les données de cette étude rétrospective montrent que la MP i.v est un traitement très prometteur pour arrêter la période des grappes, tant pour l’ECH que pour l’HCC. Tous les patients ont répondu au traitement. Au moment de la sortie, dans 32 traitements (86,5 %), la réponse était complète ; dans les 5 autres traitements, on a observé une nette réduction des crises. En fait, tous les patients se sont présentés au moins un jour sans douleur avant leur sortie. D’autre part, la brièveté du traitement a permis de minimiser tout effet secondaire significatif. Comme il s’agit d’une étude rétrospective, on ne peut pas exclure que des effets secondaires “insignifiantes”, telles que des rougeurs cutanées ou de l’insomnie, puissent apparaître avec une fréquence plus élevée, mais aucun de ces symptômes n’a jamais causé l’arrêt du traitement. Parmi les effets secondaires, un seul problème grave a été observé. Il s’agissait d’un patient atteint d’une CH chronique et ayant de longs antécédents de maladie, en traitement continu de 2 ans avec des stéroïdes oraux et du vérapamil à fortes doses (10 à 50 mg/jour et 720 à 960 mg par jour, respectivement), qui a développé une insuffisance respiratoire pour laquelle il a été transféré dans une unité sous-intensive et soumis à la CPAP pendant quelques jours. Le patient a été libéré en bonne condition et sans crises depuis plusieurs jours.

En conclusion, nos données montrent que le traitement par stéroïdes à fortes doses i.v de MP, administré sur plusieurs jours, est très efficace pour interrompre la période de grappes chez les patients épisodiques et pour réduire le ” fardeau ” de la maladie chez les patients chroniques. En revanche, les effets secondaires sont peu nombreux et relativement négligeables. Le schéma standard optimal serait de 1 g/j pendant 5 jours, même si des doses plus élevées ou plus faibles peuvent être envisagées. Ces données incitent à concevoir une étude contrôlée par rapport aux médicaments connus pour être actifs dans le Cluster headache.